Rechercher une initiative
Rechercher dans un rayon 50 kilomètres

Le Coworking en région

La première fois que j’ai mis les pieds dans un espace de « coworking », c’était à Montréal, à l’Esplanade. C’était beau, chaleureux. Ça sentait le bon café expresso. Je me suis sentie interpellée par le mot. Et en faisant quelques recherches, je suis aussi tombée amoureuse de la philosophie qui se cache derrière.

Mais comment adapter ce phénomène très urbain à la vie en région ?

 

Qu’est-ce que le coworking

 

Le coworking est d’abord une réponse organique aux nouvelles réalités du monde du travail. Avec l’évolution des technologies, on retrouve de plus en plus de travailleurs autonomes, de gens qui font du télétravail ou qui combinent plusieurs emplois. Les besoins des travailleurs changent.

Les espaces de coworking ont donc émergé suite à l’initiative d’entrepreneurs et travailleurs autonomes pour répondre à un de ces besoins : sortir de l’isolement et de la solitude du travail à la maison, tout en continuant d'être à leur compte et en préservant  autonomie et liberté.

Et pour plein d’autres bonnes raisons : recevoir ses clients ailleurs qu’à la table de cuisine, faire une réunion Skype sans que ses enfants passent derrière déguisés en pirate, retrouver moins souvent du Nutella sur ses dossiers importants, ne pas se sentir obligé de faire une brassée de lavage entre deux appels, etc.

Être un coworker, c’est avoir accès à un espace de travail partagé, où évolue un réseau pluridisciplinaire de travailleurs et de professionnels. La différence d’avec les centres d’affaires où on peut y louer un bureau est la philosophie qui donne sa couleur au coworking : tout est pensé pour favoriser les rencontres, les échanges, l’innovation, l’ouverture, la convivialité.

Il s’agit souvent de bureaux à aire ouverte, bien qu’il y ait parfois aussi des bureaux fermés. Ça créé une ambiance particulière, assez loin des espaces de travail conventionnels. Et c’est précisément cette ambiance que les coworkers recherchent. Ça et la flexibilité. Chaque espace opère avec son mode de fonctionnement : location à la journée, quelques jours par semaine ou à temps plein.

 

Le coworking en région

 

Au Québec, l’émergence du coworking s’est déployée d’abord à Montréal, Québec, puis est arrivé graduellement dans des villes de taille moyenne et de plus petite taille. Il y en a maintenant à Gatineau, Drummondville, Trois-Rivières, Sherbrooke, Ste-Thérèse, Cowansville, Chicoutimi, Thetford Mines, etc. Rendez-vous ici pour voir la liste des espaces de coworking au Québec.

Bien que le concept soit particulièrement bien adapté pour les villes, surtout à cause du bassin de travailleurs pouvant être intéressé à y occuper un espace, il rejoint aussi un défi propre aux régions : celui de l’isolement et de la solitude que peuvent vivre les travailleurs autonomes et petits entrepreneurs.

J’ai parlé avec les responsables de quatre espaces de coworking en région pour connaître leur réalité, philosophie et recommandations pour que se déploient davantage de projets du genre.

 

Exemples de coworking en région

 

Tout d’abord, direction St-Narcisse en Mauricie. Située dans la MRC des Chenaux, cette municipalité compte un peu plus de 1700 habitants. L’idée d’ouvrir l’ÉTAB a mijoté longtemps dans la tête des promoteurs avant de se concrétiser. C’est dans l’ancienne école du village que cohabitent maintenant 9 entreprises, depuis le début de l’année 2016. Une phase 2 est prévue en 2017 pour en accueillir davantage.

 

etab

 

À Chicoutimi, Le Moulin à Cie est né par le désir des promoteurs de faire évoluer leurs entreprises respectives dans un endroit où la culture entrepreneuriale soit tournée vers la collaboration. En opération depuis le 6 octobre 2016, l’aire ouverte de travail peut accueillir jusqu’à 10 personnes simultanément.

 

moulin2

 

Du côté de la FourmiliAire à Sherbrooke, l’aventure a pris 3 ans à se concrétiser sous la forme actuelle du projet. Installés dans leurs nouveaux locaux en juillet, ils accueillent maintenant une dizaine de locataires et la porte est ouverte pour d’autres.

 

fourmiliaire

 

Créagora existe depuis 2013 et est situé à Gatineau. Il s’agit d’un espace polyvalent où y circulent quelques 120 membres au total. Ils y organisent des expositions d’artistes, des causeries, des formations et des rencontres afin d’encourager les échanges et la création de partenariats entre organismes et entrepreneurs régionaux.

 

creagora

 

Ouvrir un espace de coworking : défis et recommandations

 

Ça semble évident, mais la première recommandations des promoteurs à qui j’ai parlé est la suivante: s’assurer qu’il s’agisse d’un réel besoin au sein de la communauté. Analysez le marché, sondez les gens. Et créez un espace adapté à leurs besoins. Les espaces de coworking peuvent fonctionner avec différents forfaits : location au mois, à l’année, bureaux ouverts, fermés, occupation allant de « à la journée » à du 5 jours/semaine. Prenez le temps de développer les forfaits qui correspondent le mieux à votre clientèle.

Un des défis rencontrés par les promoteurs se situe au niveau du déploiement du projet. Le fameux paradoxe de l’œuf ou la poule : trouver d’abord un local, ou des coworkers ? Bien qu’il faille trouver un local pour attirer des coworkers, une fois qu’on l’a, il faut commencer à le payer ! Et les gens qu’on approche ne sont pas tous prêts à débuter en même temps. Ce qui a sauvé la mise pour la FourmiliAire, c’est d’avoir un propriétaire facilitant qui croit au projet et qui a fait preuve de flexibilité. Pour l’ÉTAB, c’est grâce à l’implication directe de la municipalité qui demeure propriétaire de l’infrastructure que le projet a pu démarrer.

Une autre recommandation est celle de bien définir et communiquer les valeurs, ainsi que le caractère particulier de l’espace. Ce type de milieu de travail ne correspond pas à tous les travailleurs et il faut respecter cette limite. Tenter de plaire à tous en dénaturant l’essence-même du concept peut repousser ceux qui étaient venus chercher précisément cette ambiance de travail.

Attention également à l’essoufflement des promoteurs. C’est souvent avec passion que se développe l’idée, par un groupe restreint de personnes. Prendre le temps de sonder le milieu, de bien connaître les besoins et d’impliquer les intéressés dans le processus de création est gagnant pour stimuler leur engagement. Car, surtout au début, il y aura plusieurs tâches qui auront à être effectuées, souvent bénévolement : rénovations, ouverture du local aux visiteurs, etc.

Dans tous les cas, les projets, lorsqu’ils étaient en phase de démarrage, ont pu compter sur la collaboration et l’expertise de d’autres espaces de coworking. Le partage d’expérience, d’outils, de modèles de contrat et de conseils semble être chose commune dans le mouvement. N’hésitez donc pas à prendre le téléphone et à poser vos questions !

 

10 raisons de devenir un coworker

 

Pas encore convaincu par le coworking ? Voici 10 raisons qui achèveront de vous persuader.

Un espace de coworking, c’est :

1. Le remède numéro 1 contre la solitude du travail à la maison.
Fini les dîner en tête-à-tête avec l’ordinateur !

2. Un lieu de travail professionnel.
Avoir enfin l’impression « d’aller au bureau »… et d’avoir envie d’y aller !

3. Des prix de location compétitifs.
Le partage des ressources, c’est gagnant !

4. La flexibilité quant à votre occupation de l’espace.
Vous pourrez quand même travailler en jogging dans le confort de votre foyer quelques jours par semaine !

5. La possibilité d’avoir l’avis d’autres personnes sur vos projets.
Comme on dit, deux têtes en valent mieux qu’une !

6. Un lieu où accueillir ses clients.
Plus besoin de faire le ménage de la maison avant d’accueillir un client !

7. Des outils de travail à votre disposition.
Ayez enfin accès au fax, au projecteur et à l’imprimante que vous n’avez jamais pu vous payer !

8. Évoluer au contact des autres.
Fertilisez, contaminez et faites avancer vos idées !

9. L’accès à du savoir.
Participez à des formations, conférences et ateliers donnés par vos collègues !

10. La liberté, sans l’isolement.
Maintenant, êtes vous convaincus ?!

Enregistrer

3 Commentaires
  • Jacques Lemieux
    Publié à 10:59h, 29 novembre Répondre

    Comment ne pas saluer avec enthousiasme cette initiative! Comment ne pas déplorer l’anglicisme! Nous ne sommes pas en France! Pourquoi pas «cotravail» et »cotravailleurs», dans le genre «Espace de cotravail»?
    Au plaisir,
    lemieux

  • Bernard Vachon
    Publié à 03:31h, 02 décembre Répondre

    Le coworking s’affirme de plus en plus comme un nouveau mode d’organisation du travail pour les petits entrepreneurs et les travailleurs indépendants. Bien que plusieurs espaces de coworking se situent dans les grandes villes, on constate désormais que plusieurs initiatives se développent à l’écart, dans les petites villes et les territoires ruraux. Ces initiatives redonnent ainsi vie à des bâtiments inutilisés pour y créer des espaces de travail partagés.

    Dans un contexte où plusieurs activités économiques se dématérialisent et que de nouvelles naissent en lien étroit avec la révolution numérique (technologies de l’information et des communications, internet et téléphonie mobile), plusieurs catégories d’activités et d’emplois peuvent envisager une installation en dehors des grands centres. Les régions et les milieux ruraux deviennent alors des lieux alternatifs pour des travailleurs indépendants et des entreprises de petites tailles dont les activités reposent beaucoup sur le télétravail.

    Outre la mise en commun des équipements de bureau et des salles de rencontre, le partage d’expertises et la stimulation des échanges, le coworking à la campagne contribue à la diversification de l’activité économique tout en procurant aux usagers un environnement de qualité au sein d’une communauté pouvant offrir de nombreux avantage : stationnement aisé, environnement naturel, convivialité, habitation, activités de plein air, etc.

    Dans un monde en pleine transition numérique qui bouscule les façons de faire et les logique de localisation des entreprises et des emplois, le coworking est une chance à saisir pour les municipalités rurales et les petites villes en région.

    Bernard Vachon, Ph.D
    Professeur à la retraite de l’Université du Québec à Montréal
    Spécialiste en développement local et régional

  • Guillaume Beaulieu
    Publié à 21:20h, 05 décembre Répondre

    J’ai connu Ecto à MTL où loge beaucoup de cotravailleurs. C’est très très très inspirant. J’adore cette formule et je penses que l’avenir est là pour le travail autonome. Merci de l’excellent résumé!

    Guillaume Beaulieu
    de CommunAT
    Communauté de pratique en développement des communautés en Abitibi-Témiscamingue

Publier un commentaire